Farba l'agriculteur

Publié le par Sénégalais frustré

Farba Senghor est meilleur pour lancer des nervis sur des manifestants que pour défendre les plans foireux de son patron devant la banque mondiale ! Il est vrai que c'est plus simple...

Et comme il est difficile de mordre la main qui te nourrit, Farba choisit la seule réponse qui convienne à sa dignité de ministre : il s'enfuit...

Résumé de la réunion :

Les experts agricoles de la banque mondiale trouvaient que « au-delà du plan Reva, le secteur primaire sénégalais souffre d'une mauvaise orientation politique concernant la filière arachide et l'industrie de transformation, la Sonacos » et rajoutaient que « les orientations de l'Etat peuvent déboucher sur une augmentation de la quantité d'huiles étrangères et sur le long terme, sur la mort de la filière arachide » et notaient « le manque d'écoles de formation spécialisées ».

Farba fort de son analyse agricole réplique qu' « il ne s'agit là que de théories infructueuses face aux urgences du monde rural où les populations n'ont pas besoin de formation, mais de quoi se nourrir avec leurs familles » et rajoute  que « Les théories ne permettent pas à l'Afrique et au Sénégal d'avancer. Il faut des actes concrets, de la pratique, comme le plan Reva, qui est un élément de la politique agricole pensée par le chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade, en vue d'amener les populations de la campagne à atteindre l'autosuffisance alimentaire et la sécurité alimentaire »

Farba ou au moins les techniciens de son ministère savent que le développement de l'agriculture passe par la formation. La formation n'est pas la panacée universelle, mais sans elle toute action de réforme profonde est vouée à l'échec.

Farba Senghor n'est pas intellectuellement capable d'appréhender le problème de l'agriculture au Sénégal.

Le sort des millions d'agriculteurs sénégalais est le plus grand défi auquel le pays est confronté. Et ce defi doit être relevé par le plus incapable des ministres ...

Publié dans politique

Commenter cet article