Consommer sénégalais

Publié le par Sénégalais affamé

En inaugurant les nouveaux locaux de L'ITA, le président de la république a remis sur la table le "consommer sénégalais".

Pour une fois je suis d'accord avec lui. Consommer sénégalais, oui, mais consommer quoi ? La production du Sénégal se résume grosso modo à la production agricole. Cette production est peu variée et surtout est peu tranformée. Et, quand elle l'est, elle est vendue à des prix prohibitifs. Le tapioca venant de France, mais fabriqué en Côte d'Ivoire, est vendu moins cher dans les grandes surfaces de Dakar que le tapioca local. 

La petite transformation artisanale ne peut concurrencer en termes de coûts de production la fabrication industrielle. Il est illusoire de vouloir faire de la petite transformation faite par les femmes un réel instrument de développement.

Les plans de diversification agricoles initiés par le Président, s'ils partaient d'une bonne intention politique, portaient en eux les motifs de leurs échecs.

Le Sénégal n'est pas un consommateur de manioc, celui-ci ne rentre dans notre alimentation que très marginalement. L'idée de produire un million de tonnes était séduisante, MAIS produire pour en faire quoi ? Le Sénégal ne possèdant pas d'unité de traitement indutriel du manioc !

Nous pourrions en dire autant pour le maïs.

Le problème n'a jamais été, dans l'agriculture au Sénégal, de produire mais de vendre à prix rémunérateurs. Le vrai problème c'est la commercialisation et donc l'industrialisation.

Que le gouvernement favorise l'implantation d'usines de cossettes de manioc ou de fabrication de tapioca et la production de manioc suivra !

Le gouvernement avait mis la charrue avant les boeufs

 

Publié dans politique

Commenter cet article